Compte-rendu de la soirée Jean Chauma

Compte-rendu de la soirée du 3 février consacrée à Jean Chauma, organisée par Tulalu !? au restaurant Lausanne Moudon.

Sylvie Blondel

Pierre Fankhauser, qui anime la soirée, interpelle l’auteur, par une question embarrassante qui va être le fil rouge de cette soirée :

PF : Vous dites que vous avez deux outils : « un calibre et l’écriture. »

Jean Chauma préfère parler de l’écriture et avoue sans honte qu’écrire permet de récolter reconnaissance et amitié.

PF : « Echappement libre » est un roman d’éducation, publié par BSN Press. Comment un jeune homme devient-il voyou ?

JC : C’est l’occasion. Une fois de plus, c’est captiver le lecteur qui m’intéresse, le milieu des voyous est secondaire. Il s’agit de raconter des histoires et le milieu en est fécond. D’ailleurs, qu’est-ce qu’un «  voyou » ? Il y en a de toutes sortes. Chacun d’eux a une trajectoire personnelle. L’adolescent dans mon roman, Dominique, fait une fugue et rencontre trois hommes en costard à la porte de la Villette qui attendent. Ils ont une manière particulière d’attendre dans leur impeccable veston. Ils ont davantage l’air de PDG que de truands. Dominique est nourri de films de gangsters des années 60. Ces trois hommes lui font penser à des personnages de cinéma. Delon, Gabin, Belmondo. A un certain moment arrive une femme chargée d’un gros sac qu’elle remet à l’un des hommes. Dominique est fasciné, et c’est parti.

PF : Les voyous, c’est pourtant un milieu que vous connaissez bien ?

JC : Certains lecteurs se figurent que mes textes sont autobiographiques, j’en suis mal à l’aise. J’ai été à l’écoute de personnes dont je me suis inspiré, et le cinéma m’inspire. Dans le passage cité plus haut, c’est la posture de ces hommes qui m’intéresse. Je revendique le statut d’écrivain. On ne peut pas être à la fois voyou et écrivain. Je voulais «  être ailleurs », je suis devenu voyou. Je voulais m’élever, je suis devenu écrivain. Un voyou ne pense pas, il est dans le « faire », il copie les bourgeois et les personnages de films.

Je réponds donc à votre question : on devient voyou parce qu’on n’a pas de distance, de réflexion. Il y a la fidélité à une mentalité et à des codes très stricts qui servent de valeurs, comme le respect, l’honneur ; la plupart des truands sont sans instruction.

PF : Pour revenir à votre écriture, elle est très concrète, près du corps, la construction de vos romans se fait en cercle.

JC : Je suis très content qu’on aborde l’aspect de l’écriture. Pour moi, écrire est facile, c’est ce qui me permet d’être au monde, j’ai cela en moi. En prison, c’était essentiel de savoir manier la plume pour toutes les questions administratives. Ecrire, c’est prendre en main, manipuler. Il s’agit d’être vif, ultrarapide.

Il reste un mystère : d’où ça vient, l’attaque à main armée, l’écriture… ? ça vient de l’intérieur de moi. Je crois que nous sommes faits de beaucoup de choses que nous ne connaissons pas, nous ne sommes pas libres, s’il y a une explication, elle vient après coup.

PF : Il y a beaucoup de scènes de sexe dans vos romans…

JC : Eh ! J’espère que c’est important pour chacun de vous ! Les truands ne sont pas sexuels. On n’utilise des termes sexuels que pour insulter, provoquer. Dans les films des années 60, il n’y a même pas de baiser sur la bouche. Donc oui, le sexe dans mes romans, c’est la preuve, s’il en fallait une, que c’est pure fiction !

Ce qui compte beaucoup pour moi, quand j’écris, ce sont les musiques de film, Ennio Morricone. Il y a cette atmosphère, ce rythme dans mon écriture. D’ailleurs j’ai connu des bandits qui mettaient une cassette d’ « Il était une fois dans l’ouest » avant de commettre un délit, ça les calmait !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

archives

  
%d blogueurs aiment cette page :